Devenir œnologue : qualités requises et formations exigées

Que ce soit juste pour la gastronomie ou pour un concept plus général, le vin est un élément qui a marqué l’histoire à travers de nombreuses générations. Certains disent même que la culture vinicole se présente dans les fondements de la civilisation. C’est pourquoi elle est tant considérée dans les réceptions de haut standing. Autrefois, les figures de la royauté étaient les seules à avoir accès au meilleur vin de leur territoire. Mais pour pouvoir le définir, il fallait qu’un gouteur fasse son analyse. Depuis, le métier d’œnologue est justifié par un grand nombre de personnels afin d’apporter de la qualité à la viticulture ainsi qu’à la viniculture.

Comprendre le métier d’œnologue

Un œnologue, par ses fonctions, est un spécialiste du vin. Il part d’une base scientifique pour superviser le processus de production de vin jusqu’à sa consommation. En d’autres termes, sa principale spécialité est la vinification (relatif à la transformation du moût en raisin). Il est également doté de profondes connaissances juridiques pour faire respecter l’activité aux normes imposées par la loi. En amont, il guide les viticulteurs à choisir les cépages et à adopter les bonnes techniques de plantation. Il contrôle l’étape de la fermentation, la distillation ainsi que la fabrication d’alcool. C’est également un expert en dégustation pour maintenir l’équilibre du marché malgré l’emprise de la concurrence.

Qualités requises pour se ruer vers le profil d’œnologue

Eh oui, il en faut des qualités pour pouvoir arborer ce profil. Avec de simples connaissances académiques, cela ne pourra pas être possible. C’est pourquoi la recherche des experts en œnologie nécessite de passer par un bureau d’expert. Elzéar Wine peut devenir votre cabinet de recrutement pour le secteur du vin. Sa maîtrise sur le secteur lui permet de trouver des dirigeants ainsi que d’experts par approche directe pour promouvoir le secteur vitivinicole.

Malgré tout, un œnologue doit faire preuve d’un bon sens du contact. Il va diriger diverses équipes à savoir les agriculteurs, les producteurs ainsi que les fournisseurs. De plus, il doit faire des échanges avec les clients et les négociants pour l’élaboration du prix. Par ailleurs, la rigueur est aussi de mise pour ce métier. Toutes les opérations sont d’une délicatesse distinguée demandant une assurance dans les réalisations et surtout dans l’implication.

Les formations à suivre pour devenir expert en œnologie

En plus des qualités à avoir, il est aussi impératif de décrocher le diplôme national d’œnologie (DNO) qui fait référence à un cursus de bac + 5. En d’autres termes, la préparation en DNO dure 2 ans après avoir fait l’objet d’une licence dans les domaines suivants : sciences biologiques, sciences chimiques, sciences agronomiques ou domaines similaires.

En France, 6 universités sont capables de fournir cette formation :

  • La Faculté d’œnologie de l’université Victor Segalen Bordeaux 2
  • Le centre de formation et de recherche en œnologie de l’université de Montpellier 1
  • Le centre de formation et de recherche en œnologie de l’université de Reims
  • Le centre de formation en œnologie de l’Agro-Montpellier
  • Le centre de viticulture-œnologie de Midi-Pyrénées
  • L’université de Bourgogne — Institut Jules Guyot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *